Reportage

La guerre des houblons

Comme un boulanger qui ne pétrirait pas son pain, les « faux » brasseurs ne brassent pas leur bière. Mercenaires attirés par le goût du lucre ou passionnés zythologues ? L’émergence de ces nouveaux acteurs est réelle. Ils seraient près de 150 en Belgique et sont chaque semaine plus nombreux sur le marché. Quelques brasseurs artisanaux leur ont déclaré la guerre. Pour eux, c’est tout un savoir-faire qui pourrait disparaître d’ici quelques années.

C’est une success-story de celles dont on raffole dans les milieux politiques lorsqu’il s’agit de mettre en avant les talents entrepreneuriaux d’une région. Depuis quatre ans maintenant, dans tous les bars et supermarchés bruxellois, une série de bières aux logos accrocheurs ont fait leur apparition, avec l’ambition affichée de bousculer les codes et les habitudes gustatives du consommateur. Leurs noms : Delta, Grosse Bertha, Red My Lips, Dark Sister, Babylone… Tous les fêtards de la capitale les connaissent, tout comme ils con­nais­sent le Brussels Beer Project (BBP), du nom de l’entreprise qui les...