Enquête

Bouygues. De grès et de force

Patrick Jacquet a découvert un gisement de grès

sur les hauteurs d’Yvoir. Cette pierre sert à la construction des routes, lesquelles font l’objet de chantiers régis par des marchés publics. Mais l’exploitation du gisement a filé entre les mains

de Colas, une filiale belge du groupe Bouygues.

Depuis six ans, l’ingénieur se bat pour dénoncer

les manœuvres dont il est victime.

Quatorze millions. C’est la valeur potentielle de la trouvaille. Quand Patrick Jacquet signe en 2007 la convention de cession de « sa » carrière, il croit assurer ses vieux jours. Tout cela grâce à une promenade. Dix ans auparavant, un morceau de roche avait attiré son attention au détour d’une balade sur les hauteurs d’Yvoir. L’ingénieur industriel reconnaît alors la texture granuleuse caractéristique d’un grès d’excellente qualité. Aucune carte géologique n’indique la présence de cette pierre sur ce plateau couvert de pins et de pâturages. Cet oubli a maintenu son précieux sous-sol intact. Une mine...