Enquête

Terrain miné

Histoire très belge d’un stade si peu national

Par Éric Walravens. Illustrations: Éva Le Roi

Des années qu’on en parle, d’un nouveau stade pour accueillir les exploits des Diables rouges. Grâce à une société flamande, Bruxelles est en passe de concrétiser cette ambition. Sans aucun appui du fédéral, taclée même par les autres Régions du pays. Un stade somme toute fort peu national, qui n’était pas censé coûter un balle aux contribuables. Vérification par Médor, avant la déferlante émotionnelle de l’Euro 2016.

Illus­tra­tions CC BY-NC-ND

Ce pays n’a pas de couilles. » Sous les hauts plafonds à caissons sculptés de l’hôtel de ville de Bruxelles, les mots claquent. Au pied de vénérables tapisseries traînent pêle-mêle un numéro de Foot Mag, des maillots dédicacés des Diables rouges et un volumineux dossier intitulé « Stade national ». Le premier échevin Alain Courtois (MR), en charge des sports, a pris le temps de nous recevoir pour parler stade, alors que dans la presse du jour il se fait allumer jusque dans les rangs de son propre parti pour son soutien au piétonnier controversé du centre-ville. La polémique ne l’émeut pas plus que ça. Mais que le pays ne soit pas suffisamment couillu, ça le met en rogne. « Il n’y a jamais d’ambition, jamais quelqu’un qui va proposer de grands événements. » Comprendre : excepté lui.

Dans le dossier du stade national, Courtois est aux premières loges. Galvanisé par les récents succès de Diables rouges autrefois moribonds et l’approche de l’Euro 2020, ce projet prévoit d’ériger un nouvel antre du football sur le parking C du Heysel – terrain appartenant à la Ville de Bruxelles mais situé en Flandre. Dommage collatéral de l’opération : le stade Roi Baudouin, à moins d’un kilomètre de là, et sa piste d’athlétisme qui accueille le Mémorial Van Damme pourraient être démolis. Aux avant-postes du chantier polémique, on retrouve aussi deux fortes têtes : Guy Vanhengel, ministre bruxellois du Budget et des Finances, cacique de l’Open VLD, et Paul Gheysens, magnat immobilier flamand, patron de Ghelamco et accessoirement amateur de pur-sang hors de prix.

Le destin de ce stade national est intimement lié aux ambitions de ces trois VIP d’envergure, mordus de football et de coups d’éclat.

Date de naissance : 12 06 1951 (Schaerbeek)
Mandats : 12 (dont deux rémunérés, député régional et échevin>
Occupations précédentes : substitut du procureur du Roi de Bruxelles, consultant à « Vasyavoirdusport » sur Bel RTL (entre autres)
Supporters : 2 950 voix de préférence en 2013 à Bruxelles-Ville (3e)

Courtois, c’est assurément le Monsieur Football du Royaume de Belgique. Toute une carrière au service de ce sport, au gré de ses multiples casquettes : secrétaire général de l’Union belge, éphémère manager du Sporting d’Anderlecht, sénateur et désormais échevin des sports. Toute sa vie, il a défendu les bienfaits du foot pour la jeunesse autant que ses retombées économiques pour le pays. Il est passé maître dans l’art de faire financer son sport favori par les pouvoirs publics. Par une heureuse coïncidence, sans doute, les asbl qu’il pilote sont aussi souvent les bénéficiaires de ces subventions.

C’est lui déjà qui est le maître d’œuvre de l’Euro 2000. Il participe à ce titre à la rénovation du stade Roi Baudouin. En ces temps préhistoriques, où règnent encore quelques dinosaures de la politique belge, les chrétiens-démocrates Jean-Luc Dehaene, Premier ministre, et Paul Vanden Boeynants, président de la puissante asbl Palais des Expositions, ainsi que les socialistes Charles Picqué, ministre-président bruxellois, et Hervé Brouhon, bourgmestre de Bruxelles, se retrouvent au Lambermont pour ficeler le projet. C’est l’époque du compromis à la belge, qu’orchestre le « plombier » Dehaene en deux coups de cuiller à pot. À la fin de la réunion, un bon milliard de francs belges (quelque 25 millions d’euros) sont sur la table pour payer les travaux.

« Une rénovation ratée », dit aujourd’hui Alain Courtois, pour qui on n’a fait les choses qu’« à moitié ». Les trois premières rangées, notamment, ne voient pas le terrain. « Le matin même de l’inauguration, avec la reine Fabiola, je vais dans le stade pour voir si tout est en ordre, et je me rends compte qu’il n’y a même pas une photo du roi Baudouin. C’est typiquement la Belgique, ça. Je le dis toujours, mais c’est un détail qui montre la connerie de ce pays. J’ai fait ramener la photo du roi Baudouin qui était dans le bureau du comité exécutif de la fédération, et c’est moi qui l’ai clouée. Vous pouvez aller dans le stade Roi Baudouin, maintenant, vous verrez toujours le même portrait avec le même clou. »

Une candidature pour les stades

Quand il s’agit de taper sur un même clou, Alain Courtois s’y connaît. Sept ans plus tard, malgré les études questionnant les retombées économiques de l’Euro 2000, il entreprend de remettre le couvert, cette fois en vue de la Coupe du monde 2018. Fonceur, il crée à Anvers l’asbl Beltomundial avant même d’avoir complètement convaincu les partenaires néerlandais. Il ne traîne pas davantage pour se faire désigner par le gouvernement fédéral ambassadeur de cette nouvelle candidature belgo-hollandaise encore balbutiante. « Cette fonction n’implique aucun engagement de budget », écrit-il au Conseil des ministres en 2007.

Rapidement, toutefois, les demandes de subventions vont s’empiler sur la table du gouvernement : 1,2 million d’euros en trois ans seront accordés rien que par le fédéral1. Les contributions privées, comme celle de la Confédération de la construction, soutien officiel de la candidature dès 2008, ne sont pas connues.

À la chancellerie du Premier ministre Yves Leterme, tous les décideurs politiques du pays se réunissent régulièrement pour soutenir la candidature. La rénovation des stades est au cœur des discussions, et les clubs entendent bien profiter de l’occasion pour faire financer une réfection de leurs enceintes, avec le soutien de Courtois.

« Ma technique, souvent, c’est la force, n’hésite pas à admettre ce dernier. La candidature belgo-néerlandaise pour la Coupe du monde 2018, c’est moi qui ai eu cette idée. Tout le monde m’a pris pour un dingue pendant six mois, mais je savais très bien que je faisais. Je n’avais aucun plan pour faire un stade, mais je savais que si on était désigné, on devrait les construire, ces stades. Le gouvernement avait signé, il aurait été forcé. »

La Belgique n’étant pas le Qatar, le financement public des travaux est envisagé avec prudence. On évoque une extension du tax shelter, mesure fiscale de soutien au cinéma, à la rénovation des stades. Didier Reynders, alors ministre des Finances, planche sur des scénarios.

Courbe rentrante

Rapidement, toutefois, ces beaux plans partent en fumée. D’abord, les choses tournent à l’aigre entre la Belgique et les Pays-Bas. L’empressement de Courtois, qui négocie un contrat de sponsoring avec SN Brussels Airlines sans trop se préoccuper de la compagnie aérienne hollandaise KLM, déplaît outre-Moerdijk, tout comme les zones d’ombre de la comptabilité de Beltomundial. La gestion de la candidature est transférée à une fondation de droit néerlandais, HollandBelgium Bid. Un peu plus tard, c’est Courtois lui-même qui est exclu de toute responsabilité au sein de la fondation. Devant l’opinion publique belge, certes, il reste Monsieur Football, mais, discrètement, Gilbert Timmermans le remplace dans sa fonction exécutive. Un document interne de la fondation, consulté par Médor, révèle une grande sévérité des Néerlandais à son encontre : ils obtiennent de limiter strictement les activités qu’il peut exercer au nom de la fondation. « Dans son rôle actuel, il constitue un risque pour la réussite de la candidature, tant sur le plan financier que sur le plan du contenu », argumentent-ils. S’ils lui concèdent de conserver un rôle de lobbying, ils exigent qu’Alain Courtois ne soit plus « présent lors des réunions de direction de la fondation », ne puisse « prendre la parole en son nom », ni « être présent aux événements qu’elle organise, à moins d’être invité ». Tous les liens avec Beltomundial sont par ailleurs rompus.2

De toute façon, le combat pour 2018 est perdu d’avance. Peu à peu, les pays candidats se rendent compte de l’ampleur sans précédent de la corruption déployée par le Qatar (pour 2022) et des manœuvres de la Russie pour faire plier le vote de la FIFA (pour 2018). Cela n’empêche pas Courtois de continuer de solliciter des subsides au gouvernement fédéral pour de nouvelles opérations de promotion, même s’il tempère déjà les ambitions. « Obtenir la réalisation de la Coupe du monde n’est pas une fin en soi, ce qui est essentiel, c’est que l’on parle de cette candidature de Paris à Hong-Kong et de Londres à Addis-Abeba », écrit-il en mai 2010.

En 2012, c’est le bouquet : le parquet de Bruxelles ouvre une information judiciaire contre lui. L’information fuite en pleine campagne électorale pour les communales ! En cause : les contrats passés par Beltomundial avec la société de communication Lielens, appartenant à un proche. Un montage similaire impliquant l’asbl Irisport, financée, elle, par la Région bruxelloise, est également dans le collimateur3.

La révélation n’empêche pas Monsieur Football d’obtenir un bon score aux élections. Il scelle avec le PS une solide alliance de majorité. L’opposition y voit un donnant-donnant tacite : le soutien du MR au projet Neo (un nouveau quartier qui doit voir le jour au Heysel) et au piétonnier aurait été donné en contrepartie d’un appui sans faille au stade national. Le MR aurait « payé cher » la passion de son premier échevin pour le football.

Autoroute d’Ostende

25 mai 2013, Thermae Palace, Ostende. Par un samedi ensoleillé de fin de printemps, l’hôtel quatre étoiles, qui jouxte les galeries royales, s’apprête à recevoir des plaisanciers en costume-cravate. Pour sa première réunion d’importance à la tête du gouvernement bruxellois, Rudi Vervoort (PS) a choisi de faire prendre le grand air à son équipe. Inconnu du grand public, il vient de succéder à Charles Picqué. Dans ce décor inhabituel, il compte bien se faire un nom en débloquant une série de dossiers en rade depuis trop longtemps. Notamment celui du stade national.

Yves Goldstein, son chef de cabinet, est à la manœuvre depuis des jours. Guy Vanhengel, vieux renard de la politique bruxelloise, ministre bruxellois du Budget et des Finances, est dans le coup, tout comme les hommes forts de la nouvelle majorité PS-MR à la Ville de Bruxelles, comme Alain Courtois. C’est que la Ville et la Région, pas toujours sur la même longueur d’onde, doivent collaborer : la première jouit d’un énorme pouvoir grâce à ses réserves foncières héritées du passé. La seconde a l’envergure politique et budgétaire nécessaire pour porter des projets ambitieux.

L’ordre du jour est préparé en secret et envoyé aux ministres seulement la veille du séminaire, contrairement aux habitudes. La réunion se tient en format restreint, sous les lustres en cristal du prestigieux hôtel Art déco. Les collaborateurs sont relégués dans une salle voisine. En une petite après-midi, les décisions se succèdent. Chaque ministre reçoit sa part, l’Écolo Christos Doulkeridis obtient un milliard d’euros pour le logement public, la CDH Céline Fremault met à son crédit la création d’une zone franche le long du canal pour stimuler l’emploi, le PS Rachid Madrane reçoit une meilleure offre de formation professionnelle. « Guy Vanhengel était le plus rompu, note un observateur avisé. Il a réussi à faire son tour de prestidigitateur et à vendre son stade sur le parking C. »

La revanche de Vanhengel

Date de naissance : 10 06 1958 (Bruxelles)
Occupations précédentes : enseignant, correspondant pour Het Laatste Nieuws à Schaerbeek et Evere
Supporters : 7 375 voix de préférence en Région bruxelloise (9e)

Le libéral flamand ne s’étale pas dans les médias, mais il jubile4. Depuis des années, il rêve d’ériger un stade sur ce parking. Un stade à la hauteur de sa passion pour le football. Au départ, on lui a ri au nez. Construire un stade juste à côté de l’actuel Roi Baudouin, en territoire flamand ? Quelle idée ! Charles Piqué n’avait jamais caché son opposition. La dernière fois que le gouvernement bruxellois avait évoqué la construction d’un stade national, en 2011, le site de Schaerbeek-Formation, plus adéquat sur le plan de la mobilité5 et situé en Région bruxelloise, avait été confirmé. Cette option impliquait des négociations ardues avec la SNCB, propriétaire du terrain, et des délais sans doute un peu longs pour les mordus de football, peu enclins à patienter pendant encore une décennie.

À Ostende, Vanhengel obtient sa revanche. Cela fait déjà dix ans que ce projet l’obsède. Ce supporter du Sporting d’Anderlecht imagine bâtir rapidement un stade à l’anglaise, avec des tribunes proches du terrain, pour faire jouer son club favori. Il n’aime pas ce stade Roi Baudouin multifonctionnel, dont la piste d’athlétisme éloigne les supporters du ballon. Dans les loges du Sporting, où il côtoie régulièrement le patron du club, Roger Vanden Stock autant que Johan Beerlandt, CEO du géant immobilier Besix, le rêve a pris forme progressivement. C’est qu’Anderlecht se sent à l’étroit dans ses installations du parc Astrid.

Le club envisage de doter son stade d’une troisième couronne pour porter sa capacité de 20 000 à 30 000 places. Les demandes de permis sont introduites à la commune, les plans de l’architecte ont déjà été présentés à la presse.

Avec la décision d’Ostende, Anderlecht va être amené à voir plus grand. Beaucoup plus grand : déménager au Heysel dans une arène de 60 000 places, dont il partagerait l’occupation avec l’équipe nationale. Avec l’engouement retrouvé autour des Diables rouges et la perspective d’accueillir des matches de l’Euro 2020 (organisé pour la première fois dans 13 villes européennes et non dans un seul pays comme de coutume), le contexte est idéal pour défendre cette idée.

Un stade pour pas un balle

Début 2014, les étoiles sont alignées pour permettre la construction rapide d’un nouveau stade à Bruxelles. Certes, la réputation du football a été entachée par les affaires de corruption à la FIFA et le fédéral n’est pas prêt à investir, pas plus que les Régions flamande et wallonne. Mais la Région bruxelloise, elle, consent à subsidier une nouvelle candidature « belge ». La capitale de l’Europe se verrait bien accueillir le match d’ouverture dans un stade flambant neuf. Pour mener cette nouvelle campagne de promotion, un subside de 1,4 million d’euros est octroyé à la nouvelle asbl d’Alain Courtois, Euro Brussels 2020, créée en janvier 2014. 6

Entre-temps, le lobbying d’Euro Brussels 2020 porte ses fruits : en septembre 2014, Bruxelles et son stade encore virtuel sont retenus pour quatre rencontres de l’Euro 2020.

Le plus dur reste à faire : construire l’enceinte dans les temps et surtout convaincre l’opinion publique dans un contexte budgétaire difficile. À l’unisson, Courtois et Vanhengel font une promesse osée : l’opération ne doit pas coûter un centime aux contribuables. L’étude préalable commandée à Deloitte chiffrait pourtant le coût de construction à 314 millions d’euros au minimum. Qu’à cela ne tienne, « je le dis la main sur le cœur : ce nouveau stade sera bâti, sans subsides des pouvoirs publics », lance Guy Vanhengel. « Il n’y aura pas de subsidiation publique pour le stade. Cela doit être clair et net », renchérit Alain Courtois. « Dans la situation économique actuelle, c’est exclu. » Respecter cette promesse ne pourra se faire qu’au prix d’un bon plan de communication politique et surtout d’un tour de passe-passe financier confectionné avec le concours d’un homme aussi audacieux qu’ambitieux : Paul Gheysens.

Étalon-or

Nouvelle star de l’immobilier en Flandre, le patron de Ghelamco ambitionne de faire une entrée spectaculaire sur les avenues bruxelloises. Il vient de bâtir le nouveau stade de Gand, dont les énergisantes lumières bleutées, dit-il, ont poussé les joueurs vers le titre de champions de Belgique 2014-2015. Paul Gheysens n’est pas réputé pour sa modestie. Et pourquoi serait-il modeste ? Tout ce qu’il touche se transforme en or. Même son hobby équestre est une source de rentrées financières : les saillies de son cheval QR Marc, élu plus bel étalon du monde, se vendent à 10 000 euros la dose ! Et l’animal n’est pas avare de sa semence : il a déjà plusieurs centaines de descendants. « Cela fait des années que des cheiks essaient de me l’acheter », confie Paul Gheysens à la presse. Mais « les Arabes peuvent offrir autant qu’ils veulent », il ne vendra pas son joyau.

Au début des années 1990, ce fils d’une famille modeste d’agriculteurs fut l’un des premiers à se lancer dans l’immobilier en Russie, en Ukraine et surtout en Pologne, profitant des opportunités ouvertes par la fin du communisme, jusqu’à devenir un acteur majeur dans ce pays. L’an dernier, il a inauguré en grande pompe le Warsaw Spire, élégante tour de bureaux à Varsovie.

Tout l’establishment belge était de la partie : le roi Philippe, Didier Reynders, Rudy Demotte, Geert Bourgeois se bousculaient à la cérémonie. Depuis longtemps, Paul Gheysens sait courtiser ceux qui comptent dans le pays à coups de fêtes prestigieuses. Il n’a pourtant pas toujours été aussi fréquentable. En 2003, la presse flamande épinglait le ministre du Budget Johan Vande Lanotte (SP.A) pour avoir assisté au gala d’un « ex-fraudeur ». Le Morgen utilisait alors ce qualificatif peu flatteur pour désigner Gheysens, que la cour d’appel de Gand venait de condamner à un an de prison avec sursis pour fraude sociale. Un système généralisé de caisses noires au sein de son entreprise avait permis d’escroquer l’Onem de plusieurs millions d’euros7. Quel chemin parcouru depuis cette disgrâce ! Paul Gheysens a poursuivi son ascension économique, en misant sur les emplacements les plus cotés, les audaces architecturales et un sens redoutable des affaires. Il blanchit son casier judiciaire grâce à une réhabilitation8 obtenue en 2007, accumule les récompenses et les plus-values, jusqu’à devenir l’une des plus grosses fortunes du pays, avant d’être fait commandeur de l’Ordre de Léopold II en 2014.

La construction du stade national, pour laquelle il remporte un appel d’offres, devait être le pinacle de cette ascension. Elle lui vaudra, pense-t-il, une consécration éclatante sur la scène internationale lors de l’Euro 2020, au vu et au su de tout le pays.

Gheysens le rusé

Date de naissance : 5 11 1953 (Ypres)
Fortune estimée : 600 millions d’euros
Occupation précédente : jardinier

Quand, début 2015, un comité d’experts, de politiques et de riverains se réunit pour examiner les plans de trois candidats à la construction du futur stade, le verdict est unanime. Avec son stade tout en courbes écarlates, ses éclairages ingénieux, ses accès bien pensés pour tous types de publics et son projet d’intégration urbaine, Ghelamco l’emporte haut la main devant ses concurrents, Denys et Besix9.

Mais plus encore que les prouesses architecturales, c’est l’ingénierie de financement proposée par Ghelamco qui va permettre d’emporter la mise. Le stade proposé n’est pas le moins cher, mais Paul Gheysens fait preuve d’une audace financière qui séduit les édiles politiques. Contrairement à Johan Beerlandt, le patron de Besix, qui annonce publiquement qu’aucun stade ne se fera sans contribution publique de 100 millions d’euros, Paul Gheysens, lui, comprend qu’il faut ruser. Tout l’art sera de faire porter par le secteur public une série de dépenses dont on prétendra qu’elles ne relèvent pas du stade stricto sensu (acquisition de places et d’espaces publicitaires, parking, infrastructures, frais de police, etc.).

Ghelamco valorise aussi nettement mieux que ses concurrents le terrain offert en emphytéose. S’écartant totalement de l’appel d’offres, il propose de bâtir à côté du futur stade un mystérieux « campus » ovale dont personne ne sait très bien qui en sera l’occupant. La rumeur voudrait que Samsung, partenaire privilégié de Ghelamco, installe son futur quartier général européen dans ce bâtiment futuriste – surnommé « donut » par ses détracteurs en raison de sa forme arrondie. Spécialiste de la valorisation des emplacements les plus cotés, Ghelamco pourra louer ces bureaux à bon prix.

Au final, l’opération devrait en tout cas s’avérer très rentable pour la société basée à Ypres, au point que son patron proclame10 qu’elle le serait même sans club de football résident. Quant aux pouvoirs publics, et singulièrement la Ville de Bruxelles, ils débourseront, à terme un montant de plusieurs dizaines, voire centaines de millions d’euros. Éparpillées sur différents budgets, étalées dans le temps, les dépenses prévues ne sont pas aisées à additionner. Elles n’en sont pas moins réelles. Voici un aperçu, aussi précis que possible, de la facture réelle de ce projet de stade :

Seuls contre douze

Une équipe nationale idolâtrée par la population, un accord politique solide entre partis à la Ville et à la Région, un montage financier ficelé : à la fin de l’année 2015, le dossier semblait tenir la route, malgré les critiques entendues çà et là. Les premiers coups de pelle devaient être donnés au printemps. C’était compter sans les très nombreuses embûches politiques et administratives. Le terrain du stade national est miné et, en tribune, de nombreux adversaires entendent bien jouer le douzième homme.

Il y a d’abord les réticents au sein même du Sporting d’Anderlecht, peu enclins à payer le loyer exorbitant réclamé par Ghelamco. Malgré les assurances, aucun accord contraignant n’a été conclu à ce sujet. Officiellement, le RSCA se tait dans toutes les langues nationales. Officieusement, il continue de faire courir la rumeur qu’il pourrait se rabattre sur une option moins coûteuse.

Il y a aussi Bart Verhaeghe, le patron du Club de Bruges, réputé hostile à ce stade promis à son rival anderlechtois. Certains voient en lui le commanditaire d’une mystérieuse étude favorisant la rénovation de l’ancien stade Roi Baudouin.

Il y a encore ces écologistes, qui continuent de dénoncer le dossier au parlement régional et au conseil communal de Bruxelles.

Et puis, il y a la commune de Grimbergen, qui se montre plus coriace que prévu. Paul Gheysens avait fait peu de cas de cette petite commune de la périphérie bruxelloise. Pourtant, celle-ci n’a toujours pas donné son feu vert à la construction d’une infrastructure gigantesque sur son territoire, que les habitants ne voient pas d’un bon œil. Les discussions sur le rapport d’incidences environnementales (MER) traînent. La commune est également en litige avec Ghelamco au sujet d’un sentier vicinal traversant le terrain à bâtir, qu’elle ne veut pas déplacer.

Et enfin il y a la N-VA, tapie dans l’ombre, qui fourbit ses armes. Bart De Wever n’a jamais évoqué publiquement la problématique du stade, laissant à un lieutenant bruxellois le soin de critiquer la « mauvaise gestion » du dossier. Le communautaire ne s’est donc pas encore vraiment invité sur la pelouse virtuelle du stade, mais les nerfs sont à vif. La partie pourrait s’emballer dans les arrêts de jeu.

Le stade du divorce

À Grimbergen, où règne un flamingantisme sans complexe, beaucoup voient dans le projet l’extension de la « tache d’huile » francophone. Les extrémistes du Taal Aktie Komitee (TAK)11 sont déjà aux abois. Pour éviter d’embraser les esprits, les questions linguistiques ont pour l’instant été balayées sous le tapis, mais elles se poseront immanquablement. Quel sera le régime linguistique du stade ? Verra-t-on pousser sur le sol flamand, comme à l’aéroport de Zaventem (dites « Bruxelles-National »), une nouvelle infrastructure à vocation nationale, mais contrainte par un strict emploi du néerlandais ? Une chose est déjà certaine : l’emploi tombera sous le régime contractuel flamand. Quant aux affichages, le bon sens voudrait qu’ils soient conçus avant tout pour les usagers, mais la périphérie flamande est coutumière des réglementations surréalistes en la matière. Pour l’heure, personne n’ose soulever cette question. Il n’est pourtant pas si difficile d’imaginer la N-VA faire capoter un dossier dans lequel ses promoteurs veulent voir – plus encore depuis les attentats de Bruxelles – un symbole que le modèle belge fonctionne encore.

En poussant encore un peu plus loin la politique-fiction, on pourrait même se poser la question du sort de cette infrastructure dans une Belgique confédérale. « Ce qui me rassure, c’est que le stade est du bon côté du ring. On ne sait jamais ce qui peut se passer dans ce pays. Si un jour il éclate, le ring fera office de frontière naturelle », murmure même un haut responsable du gouvernement bruxellois.

Nous n’en sommes pas là. Ce mois de juin 2016 est celui de l’Euro des voisins français. Si l’équipe belge remporte quelques succès, à n’en pas douter, « une partie significative de la population belge dansera » dans les rues, sans trop se soucier des conflits linguistiques. De quoi sans doute mettre un peu de baume sur les tibias blessés des politiques bruxellois. Et nous faire oublier dans la Jupiler, partenaire officiel des Diables rouges, les millions d’euros publics dépensés pour le foot.

Eric Walravens

Enquête parue en juin 2016 dans Médor #3 encore disponible ici

  1. 1 L’asbl a aussi perçu 600 000 euros de la Flandre, 600 000 euros de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 150 000 euros de la Région bruxelloise et 15 000 euros de la Communauté germanophone.
  2. 2 Minutes de la fondation HollandBelgium Bid, datées du 9 octobre 2009.
  3. 3 La procédure suit son cours. En 2015, un juge a été désigné pour instruire le dossier. Les préventions retenues sont les suivantes : prise illégale d’intérêt, entrave à la liberté des enchères publiques, infraction à un arrêté royal relatif à l’octroi de subsides. Il faut toutefois préciser qu’Alain Courtois n’est pas inculpé. Les comptes de Beltomundial ont été saisis.
  4. 4 Vanhengel a refusé de répondre à nos questions, malgré des demandes répétées.
  5. 5 Une étude de Bruxelles Mobilité, réalisée en 2008, faisait du parking C « une solution alternative de pis-aller au site du stade actuel du point de vue de la mobilité. Celle-ci sera rendue difficile par la distance accrue aux transports en commun et la concentration plus forte des espaces de parking ».
  6. 6Alain Courtois est le président de l’asbl, Rudi Vervoort en est le vice-président, et Guy Vanhengel le trésorier. Si ce dernier a déclaré son mandat à la Cour des comptes, conformément à son obligation légale, Courtois et Vervoort ont omis de le faire.
  7. 7 Les coupures de presse de l’époque évoquent une fraude en millions d’euros, sans chiffrer le montant exact. La cour a refusé de communiquer le jugement à Médor.
  8. 8 En Belgique, la réhabilitation permet à une personne condamnée au pénal d’« effacer » ses condamnations. La personne doit en faire la demande auprès du procureur du Roi de son arrondissement judiciaire. Cette procédure est soumise à plusieurs conditions parmi lesquelles celle de ne pas avoir bénéficié d’une réhabilitation les dix années précédentes et avoir « subi » une mise à l’épreuve de trois à dix ans.
  9. 9 Au sujet de ce marché public et des interrogations qu’il suscite, voir l’article publié sur le blogue de Médor : https://medor.coop/fr/article/stade-national-accord-secret-bruxelles-moveo/
  10. 10Malgré nos demandes d’interview, Paul Gheysens n’a pas souhaité répondre à nos questions.
  11. 11 Le TAK (« Comité d’action linguistique ») est un groupe d’action extrémiste flamand né en 1972 qui s’oppose à la présence des francophones en Flandre de crainte que s’étende la francisation de Bruxelles.

Publié dans Médor n°3, pages 34–47.
Publication en ligne: 12/12/2017.