4min

Les entrées des matchs de jeunes ? Emportées par le patron

Quand Abdellah Achaoui rentrait avec la caisse des matchs chez lui…

WhatsApp Image 2020-01-29 at 17.12.50.jpeg
Collin Delfosse. CC BY-NC-ND.

Le patron de l’École des jeunes de l’Union Saint-Gilloise, Abdellah Achaoui, a rendu son tablier. Mais pas la recette des matchs joués à domicile. Plus de 6 000€ seraient entre ses mains. « Pas normal », pour la direction. Le socialiste reste échevin et remplaçant de la bourgmestre Catherine Moureaux, à Molenbeek.

Chaque week-end, c’était devenu une routine à l’Union, club de foot de Division 1B professionnelle. Au complexe sportif du Barca (près de l’hôpital Erasme) et au « Bens » (à Uccle), où les jeunes unionistes accueillent leurs adversaires, Abdellah Achaoui déposait à chaque fois, ou presque, son fils et un ami.

Ils étaient chargés de récolter les entrées aux matchs. Oh, pas grand-chose. Trois euros que les visiteurs mais aussi les parents des joueurs de l’Union Saint-Gilloise paient en tant qu’entrée, par tradition et solidarité. Après le coup de sifflet final, le président, administrateur délégué et gestionnaire de l’Ecole des jeunes – cumulant ces postes depuis le début de la saison – venait récupérer ses guichetiers familiers et surtout la recette, à bord d’un SUV Nissan. « Ce n’était pas ce qu’on lui demandait. Le club a des bénévoles pour ça », commente aujourd’hui la direction de l’Union.

La scène répétée a intrigué pas mal de parents. Elle a même été immortalisée en photo. Mais désormais, c’est du passé. Au cours d’un conseil d’administration où la démission du président Achaoui a été actée, ce mardi 28 janvier en début de soirée, il a été constaté que la caisse noire du Barca et la caisse métallique bleue du Bens manquent au décompte de ces cinq mois d’une gestion nerveuse et controversée. « Mr Achaoui avec la caisse en main, ça n’allait pas. Ce n’est pas bon pour notre image », dit la direction. Elle aurait pu s’en rendre compte …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3235 membres et 1309 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus