6min

Episode 4 : "Reynders a fragilisé l'Etat de droit"

Reynders Commissaire
Pauline Rivière. CC BY-NC-ND.

Alexis Deswaef est l’avocat de Nicolas Ullens de Schooten, ex-agent de la Sûreté de l’Etat. Ce dernier a accusé de corruption le ministre Didier Reynders, nouveau commissaire européen, et Jean-Claude Fontinoy, son bras droit. Il affirme qu’on l’a muselé à partir de 2015. L’avocat explique pourquoi, à ses yeux, le « cas » Ullens est un scandale d’Etat.

L’avocat Alexis Deswaef a étonné certains de ses collègues, y compris dans son cabinet bruxellois très «droits de l’homme», quand il a accepté de défendre l’homme qui accuse Didier Reynders et Jean-Claude Fontinoy : Nicolas Ullens de Schooten, un ancien agent de la Sûreté de l’Etat. Deswaef, «l’avocat des sans-papiers», vient d’être élu à la vice-présidence de la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme), après avoir présidé la ligue belge. Pourquoi donc embarque-t-il dans une telle aventure ? Comment prouver de telles allégations ?

Rappel rapide de la séquence : en avril 2019, Nicolas Ullens balance ce qu’il a à la police. Des indications, des noms – celui de Reynders et Fontinoy – qui reviennent dans les dossiers qu’il suit de sa position d’agent des services de renseignements. Il évoque alors le Kazakhgate, l’affaire des «Fonds libyens», le déménagement de la police fédérale dans un bâtiment vendu par l’Etat à une firme privée ou encore la construction de l’ambassade de Belgique à Kinshasa. Face aux policiers, l’agent Ullens affirme avoir été mis à l’écart dès août 2015, pile au moment où un membre du cabinet Reynders a été nommé n°3 de la Sûreté. Des accusations graves.

Reynders est un poids lourd politique. Le gouvernement belge le choisit pour représenter notre pays à la Commission européenne. Est-ce pour (tout) ça que le parquet de Bruxelles referme le dossier sans devoir d’enquête, en septembre dernier ?

Une «machination»

Nicolas Ullens s’est adressé entretemps à Alexis Deswaef. Ensemble, ils décident …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2603 membres et 1134 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus